Traitement de texte contre PAO

From Scribus Wiki
Jump to: navigation, search

Avant-propos

De nombreuses personnes utilisent des suites bureautiques comme Microsoft Office™ ou OpenOffice.org. Mais il arrive un moment où les capacités de leur logiciel de traitement de texte favori ne les satisfont plus. Peut-être est-ce parce qu'ils ne peuvent pas peaufiner une mise en page, ou parce que certaines de leurs idées ne sont simplement pas réalisables avec ces logiciels. Ou parce que le magasine en kiosque à l'air tellement plus professionnel.


Alors ces ces gens cherchent d'autres applications. Et ils tombent sur des applications de Publication Assistée par Ordinateur (PAO) professionnelles, comme QuarkXPress, Indesign ou Scribus. Cette dernière en particulier a un grand avantage : Elle est Open Source, alors pourquoi ne pas tenter le coup ? Après le téléchargement, l'installation et le démarrage de l'application, l'auteur habitué aux traitements de texte se fige devant son écran : Il ne sait pas quoi faire. Tout à l'air si étrange, et pourquoi donc ne peut-il pas entrer du texte dans son document ? Après peu de temps, frustré, l'auteur désinstalle Scribus et retourne à son logiciel de traitement de texte habituel, en acceptant ses limitations et ses désavantages.

Principales différences

  • Une application de PAO n'est pas faite pour créer du texte — du moins si l'on parle d'une quantité de texte importante, c'est à dire plusieurs pages. Dans ce cas il est préférable d'utiliser un logiciel de traitement de texte ou un simple éditeur de texte. Une fois le texte fini, il peut être chargé dans l'application de PAO. À partir de ce moment, seules des petites modifications de texte sont faites dans le logiciel de PAO — vous n'éditerez pas de longs textes de cette façon. Cette séparation des tâches vient de la division des responsabilités dans la publication professionnelle : une personne crée le contenu textuel, et une autre s'occupe de la mise en page.
  • La plupart des logiciels de PAO actuels se basent sur des cadres. C'est à dire que la totalité du contenu d'une page est placé dans des cadres. Le contenu désigne du texte, des images, des dessins, tout ce que l'auteur souhaiterait voir imprimé. Ces cadres sont déplaçables librement, et peuvent donc être positionnés n'importe où sur la page. Le texte inclus dans un cadre peut continuer (flotter) dans un autre cadre.
    On pourrait rétorquer que les traitements de texte disposent souvent de « boîtes de texte », et qu'il est possible d'importer une image ou un graphique dans un document. Cependant, en essayant de placer avec précision, de dimensionner, d'augmenter ou de diminuer les résolutions graphiques, ou bien de pivoter ces objets, on se rend rapidement compte que ces fonctionnalités empruntées à la PAO sont très limitées. Souvent, il est déjà assez difficile de les empêcher de se déplacer d'eux mêmes quand on ajoute du contenu au document.
  • Une fois votre texte dans un cadre, vous pouvez le manipuler de façon très précise. Un traitement de texte permettra peut-être de choisir de tailles comme 6, 7, 8, 9, 10 ... points, alors que dans Scribus la précision est de l'ordre du dixième de point. Pourquoi est-ce si important ? Afin de pouvoir ajuster une certaine quantité de texte dans une zone d'une taille donnée. Par exemple, pour faire correspondre la largeur d'un mot à celle d'un élément sous-jacent.
    Vous pouvez également étirer une police horizontalement ou verticalement, définir avec précision une interligne ( toujours en dixièmes de point) ou l'espace entre les lettres (le crénage). La PAO vous donne ainsi le contrôle complet du placement des caractères au sein d'un texte, vous permettant d'ajuster le texte dans un rectangle ou toute autre forme. Cet exemple requiert un contrôle très précis de la taille et de l'espacement. Il est possible de faire flotter du texte autour d'une image ( ou non — essayez donc d'avoir du texte qui n'habille pas une image dans un traitement de texte. Pourtant cela peut-être une fonctionnalité recherchée en PAO), superposer des images à du texte (ou l'inverse), et créer des séparations quadrichromiques pour l'impression.
  • Dans les applications de PAO, la palette de couleur contient seulement quelques douzaines de couleurs différentes. Toute autre couleur dont vous aurez besoin devra être définie manuellement. La raison à cela est que dans un environnement professionnel d'impression offset, les couleurs additionnelles sont souvent considérées comme couleurs d'accompagnement, et peuvent être indésirables (en).
    la PAO autorise également la transparence sur les images, les éléments graphiques, le texte - tout ce qui peut être ajouté dans une page.
  • Vous pouvez définir des gabarits (en). Si une page normale se base sur un gabarit, tous les éléments du gabarit apparaîtront sur la page normale. Pensez à un magazine ou un journal où certains éléments, comme les entêtes, les pieds de page, les numéros de page, les logos et la mise en page sont répétitifs, alors qu'il y a néanmoins des différences entre une page de gauche et une page de droite. Au sein d'un document, vous pouvez définir plus d'un gabarit ; un gros document peut en avoir plusieurs.

Ce qu'un logiciel de PAO ne peut faire pour vous

  • Un logiciel de PAO est fait pour créer une mise en page de document ; son but n'est pas de structurer du texte. Il ne générera pas de sommaire ou de table des matières pour vous ; il n'existe pas de fonction pour gérer/ajouter des notes de bas de page à votre texte.
    (Scribus 1.3.x peut cependant créer une table des matières).
  • En général, il est difficile de connecter un logiciel de PAO et une source de données externes, comme une base de données. Scribus vous permet de le faire à l'aide de scripts python.

Avantages d'un logiciel de PAO

  • Un contrôle absolu de la mise en page. Les logiciels de PAO ne réarrangeront pas vos cadres pour qu'ils s'ajustent au texte ou aux exigences des imprimantes. À la place, vous devez ajuster vous même votre texte ou configurer votre imprimante correctement.
  • Du texte flottant autour de formes irrégulières.
  • Des guides, marges et règles très pratiques pour un placement exact des cadres.
  • Une sortie professionnelle. Que ce soit pour du PDF, du PostScript ou l'une de ces énormes machine d'impression offset, avec un logiciel de PAO vous pourrez tous les satisfaire.

Où aller maintenant ?

  • Jetez un œil au site principal de Scribus, explorez le wiki Scribus et les listes de diffusion. Vérifiez que vous avec une compréhension de base de ce qu'est Scribus, de son fonctionnement, et des pré-requis à son téléchargement et son installation (Linux, Windows, MacOS).
    Si vous avez des questions, la liste de diffusion est faite pour ça. Scribus existe maintenant pour toutes les versions de Linux, pour Windows (2000 + XP) et pour MacOS.
  • Alors que la plupart de ce dont vous aurez besoin est téléchargeable depuis Scribus, d'autres choses nécessaires, comme Ghostscript, on besoin d'être obtenues séparément, avant l'installation de Scribus. Tout cela se trouve sur le site de Scribus, dans la section Installation.
  • Jetez un œil aux tutoriaux sur le site Wiki, "Get Started With Scribus", ainsi qu'aux pages "Working with..." du Wiki dans la section Howto. Vous pouvez même y jeter un œil avant d'installer Scribus, de manière à bien en saisir les possibilités. Ce n'est pas un traitement de texte, donc il ne marche pas comme un traitement de texte.
  • Par contre, ce n'est pas du tout une bonne idée de penser utiliser Scribus pour la toute première fois pour un travail important avec une date butoir très proche, comme le lendemain matin.
    Même les personnes ayant de l'expérience en PAO risqueraient d'être frustrées par cette tâche.